Ordre Franciscain Séculier

Ordo Franciscanus Sæcularis

  • Register

K O I N Ō N I A
  _ ...Ensemble en Chemin


CONFERENCE DES ASSISTANTS SPIRITUELS GENERAUX OFS-JEFRA

 

 

2018 - 3                                                   25° année                                                    N. 99

 

DOC   PDF

« COMME TU M’AS ENVOYÉ DANS LE MONDE,
MOI AUSSI JE LES AI ENVOYÉS DANS LE MONDE » (Jn 17, 18)

40 ans après la promulgation de Seraphicus Patriarcha

 

 

LA “CONVERSION ECOLOGIQUE” COMME VOCATION ET MISSION
Fr. Pedro Zitha, OFM


INTRODUTION


La manière la plus adaptée pour présenter des arguments valables concernant le thème de la conversion écologique n’est pas seulement de dire comment et quand l’homme doit changer son attitude envers la Création, mais c’est aussi de l’inviter à observer attentivement les changements environnementaux quels nous assistons et par lesquels il semble que la mère Terre soit en train d’inviter le cœur de l’homme à s’interroger sur le sens de son appartenance au créé et sur l’interdépendance de toutes les créatures.

NOTRE ORIGINE COMMUNE


L’homme et l’univers sont deux aspects de la même Création qui a la même origine, Dieu Créateur. Puisque dans le monde moderne, l’homme se trouve immergé dans le consumérisme, dans le matérialisme et l’égoïsme, il semble presque qu’il ait oublié cette réalité et qu’il devienne donc difficile de parler de l’univers comme de quelque chose qui soit pensé dans l’intérêt de toute la création. S’agissant donc de l’écologie, il est important d’être conscients du fait que toutes les choses créées sont nécessaires au bien de tous et c’est seulement quand l’homme devient conscient de cette réalité, qu'il devient capable d’entendre le cri de l’univers.

L’homme, animal raisonnable, a la responsabilité d’écouter et d'évaluer son rapport à la Création et, avec un cœur humble et sincère, de comprendre leur interdépendance, sans jamais abuser du fait que “Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples” (Gaudium et Spes 69). C`est important qu`il n’oublie jamais qu`il est un être raisonnable et de ce fait qu’il a le devoir de susciter en lui-même une attention vive et saine pour le soin de la Création. Malheureusement, et spécialement ces derniers siècles, l’attitude de l’homme envers l’environnement a été d’opposer le “moi” à la “Création” perdant complètement de vue l’aspect de la réciprocité et la conscience de l’origine commune et l’importance du fait que tous deux ont été créés par un acte d’amour de Dieu. Il semble que l’homme qui, comme nous l’avons déjà dit, est l’unique être raisonnableparmi toutes les créatures, soit porté à user de cette intelligence comme d’un moyen pour s’éloigner de la protection de la Création, mandat que Dieu lui a confié, pour passer au contraire à son exploitation, altérant ainsi ce rapport originel et toujours encore valable aujourd’hui de l’union et de l'interdépendance. Ainsi, pour trouver une réponse appropriée à ce problème, il est nécessaire que l’homme se pose la question du pourquoi Dieu lui a confié tout ce qu’il a créé.

VOCATION ET MISSION OUBLIEE


Quand Dieu a créé l’univers, il a donné à l’homme la mission de garder, ou mieux encore, pour utiliser les mots mêmes du livre de la Genèse: “Le Seigneur Dieu prit l’homme et le mit dans le jardin d’Eden, pour qu’il le cultive et le garde” (Gn 2,15). Cependant, après la chute, trompé par le serpent, c’est comme si l’homme avait oublié cette mission, et cette situation s`est transmise aussi à la génération suivante, à celle de Caïn et Abel. Malheureusement, il semble qu`aujourd’hui aussi l’homme continue d`oublier sa mission et on l`entend souvent utiliser la réponse de Caïn à Dieu lui demandant compte de son frère: “--- Suis-je donc le gardien de mon frère ?” (Gn 4,9).


Non seulement l’homme détruit l’environnement, mais souvent il nie sa responsabilité qui est de protéger, de veiller avec soin, de garder et de sauvegarder la Création de Dieu. Il semble que l’homme n’ait jamais compris, et il continue à ne pas comprendre, que l’environnement est pour son bien-être et à son bénéfice. Les guerres qui continuent encore à tourmenter les peuples, la pollution partout présente, tant dans les pays développés qu’en ceux en voie de développement, sont autant d’éléments qui renvoient à l’épisode du livre de la Genèse (Gn 3,1-24) qui relate la désobéissance d’Adam et Eve, le manque d’amour fraternel et la jalousie de Caïn envers son frère Abel (Gn 4,3-16). Et il est désolant de voir, comme le montrel’histoire, comment encore aujourd’hui l’homme est incapable d’apprendre de son passé et il continue d`oublier la mission pour laquelle il a été délégué par Dieu lui-même (cf. Gn 2,15). Toutefois, il est important d’affirmer que même si on note tant de malveillance de la part de beaucoup d’hommes envers la Création, on peut en trouver d’autres qui ont l’attitude de “Noé” (cf. Gn 6,9) et se préoccupent encore de faire le bien et écoutent sérieusement le cri de la mère Terre si profondément blessée par l’agression humaine.


“Il faut saluer aussi positivement l'attention grandissante à la qualité de la vie, à l'écologie, que l'on rencontre surtout dans les sociétés au développement avancé, où les attentes des personnes sont à présent moins centrées sur les problèmes de la survie que sur la recherche d'une amélioration d'ensemble des conditions de vie. La reprise de la réflexion éthique au sujet de la vie est particulièrement significative; la création et le développement constant de la bioéthique favorisent la réflexion et le dialogue — entre croyants et non-croyants, de même qu'entre croyants de religions différentes — sur les problèmes éthiques fondamentaux qui concernent la vie de l'homme. ”1

CONVERSION ECOLOGIQUE


Le problème lié aux changement climatiques particulièrement évidents ces dernières années, a intéressé beaucoup de chercheurs engagés dans la recherche des méthodes les plus adéquates pour la compréhension individuelle et collective du phénomène, et pour faciliter la prise de conscience de tous sur les drames qui seront vécus si l’homme ne change pas rapidement son rapport à l’environnement. Beaucoup a été dit et écrit sur le thème de la Création, et de divers points de vue, mais ce qui semble avoir manqué dans ce processus, c’est la conversion totale de l’homme ou mieux encore sa compréhension globale de ce qui arrive à notre mère la Terre. Cependant beaucoup d’initiatives sont nées, par exemple la proposition de la célébration de la journée mondiale pour la sauvegarde de la création née en 2006, célébrée chaque annéele 1er septembre : ce sont des tentatives pour guider tous les hommes de bonne volonté, que ce soit dans le contexte politique ou religieux, à se dévouer véritablement, totalement et sincèrement au soin de la Création. Cependant, beaucoup semblent encore être indifférents au thème de la conversion écologique.


Pendant sa vie, le petit Pauvre d’Assise non seulement s’est converti et a changé son style de vie, le modelant sur la suite de Dieu et réparant son Eglise qui tombait en ruine, mais il a commencé à assumer une attitude d’attention et d`amour profond envers la mère Terre. Certains de ses contemporains pensaient qu’il était fou et que son rapport à la nature était exagéré, or, il avait déjà compris l’importance de la Création et du rapport indissoluble et fondamental entre celle-ci et la vie de l’homme. Voilà pourquoi, même aujourd’hui, François d’Assise continue à être une référence en ce qui concerne la conversion écologique, parce que l’exemple de son rapport à la Création en est un enseignement vrai et concret et le Cantique des créatures est un modèle pour comprendre comment l’homme d’aujourd’hui doit voir et s’approcher de la Création: “Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre Mère Terre”. Une mère qui a besoin d’être aimée parce qu’elle nous soutient, une mère qui doit être écoutée parce que son cri est celui d’une mère qui est toujours prête à donner la vie pour ses enfants. Il est difficile de parler de la conversion écologique sans aimer ce que Dieu nous a donné gratuitement. Avant tout, nous devons comprendre que Dieu nous a confié le soin de la mère Terre comme un acte d’amour, parce que Lui-même a aimé tout ce qu’il a créé, et “Dieu vit que tout était bon” (cf. Gn 1-2). Si donc la Création et la Terre sont bonnes, elles nous sont données pour notre bien et, en tant que telles, elles ont besoin d’être soignées et aimées pour demeurer bonnes, belles et neuves au bénéfice de l’humanité, aujourd’hui et pour l’avenir.


Je retiens que quand l’homme moderne parviendra à comprendre que la Terre n’est pas seulement un instrument à utiliser et à exploiter, mais une mère qui doit être respectée et aimée, alors il parviendra à la vraie metanoia (conversion) et sera capable de vivre en harmonie avec la Création, trouvant des moyens adéquats pour se servir de son intelligence dans le but d'améliorer son rapport à l’environnement. La conversion écologique pourra advenir seulement quand l’homme réussira à comprendre que tous les êtres, animés et inanimés, sont des créatures de Dieu et, en tant que telles elles ont toutes la même dignité. Il y a sans aucun doute une grande différence quand il s’agit de la dignité humaine, mais ceci ne signifie pas que l’homme doive abuser de l’environnement simplement parce qu’il est convaincu d’être supérieur à toutes les autres créatures animées et inanimées. Tout ce que Dieu a créé était et demeure bon, et donc, l’homme a la grande responsabilité de préserver et de continuer à développer la Création pour le bien commun.


La vraie conversion écologique ne doit pas être imposée par les gouvernants mais doit naitre de la prise de conscience personnelle et individuelle, surtout maintenant que le monde est presque devenu un “petit village global”. Pour cela, les hommes devraient être capables d’apprendre avec facilité les modèles de comportement vertueux par rapport à l’environnement, en considérant ce que font les autres. Une attitude personnelle relative à l’environnement, guidée ensemble par la sagesse humaine et la sagesse divine, aidera l’homme à devenir un savant qui, dans le débat sur le thème de la conversion écologique, montrera sa sagesse non avec des mots mais avec des œuvres. Il est important que l’homme devienne conscient que c'est le moment de commencer un changement des styles de vie personnels et de trouver et mettre en œuvre urgemment des modalités pratiques capables d’éliminer des comportements utilitaristes envers l’environnement encore présents aujourd’hui.


Dans son encyclique “Laudato Si”, le Pape François a attiré l’attention de tous sur ce thème si important et sur la nécessité d’une conversion totale par rapport à la Création, invitant à “la garde de la maison commune”2. En 2016, les représentants de presque tous les pays du monde réunis pour la 21è Conférence des Parties (COP21), sont parvenus à l’”Accord de Paris” qui, en termes très concrets, propose une voieen vue dela solution de ce problème. Donc, plus le monde politique et religieux s’engage dans la conscientisation d’un tel but, plus il y a l’espérance que la planète pourra être sauvée de tant de destructions causées par la pollution, en ayant cependant conscience que


“Beaucoup de choses doivent être réorientées, mais avant tout l’humanité a besoin de changer. La conscience d’une origine commune, d’une appartenance mutuelle et d’un avenir partagé par tous, est nécessaire. Cette conscience fondamentale permettrait le développement de nouvelles convictions, attitudes et formes de vie. Ainsi un grand défi culturel, spirituel et éducatif, qui supposera de longs processus de régénération, est mis en évidence.”3


La conversion peut seulement commencer quand l’homme réussira à prendre au sérieux le gémissement et le cri de la mère Terre. Sans un rapport réciproque et conjoint entre l’homme et la nature, il sera toujours difficile de parler de conversion écologique. Raison pour laquelle il est important que l’homme comprenne que pour une vie saine, il faut toujours un rapport sain avec la nature de laquelle il dépend pour sa vie. Sans la compréhension de ce concept, il n’y aura jamais de conversion et on n’aura jamais le désir de changer son propre style de vie puisque ce changement est possible seulement quand il y a une transformation du cœur et de la pensée. La conversion vient aussi d’une compréhension totale et absolue de la valeur de ce qui nous a été confié par Dieu. On n’a pas besoin d’être des scientifiques pour comprendre que la terre gémit à cause du comportement de l’homme à son égard. Ce qui est nécessaire, c’est de regarder ce qui se passe: cyclones, tsunamis, érosion, sécheresse, incendies, etc. Donc parler de la conversion écologique est une question civile et socioculturelle pour tous les habitants de cette planète, indépendamment de la classe sociale, de l’appartenance politique et religieuse. Pour favoriser un changement concret et efficace, la conversion doit être avant tout individuelle et seulement après collective. Pour une véritable conversion écologique, l’homme doit tomber amoureux de la nature et chercher à découvrir Dieu dans la Création comme l’a fait saint François d’Assise. Quand existe l’amour pour l’environnement, alors il y a le respect, il y a un changement dans le comportement envers lui et il y la volonté de le défendre. On peut se demander alors qui doit rallumer un tel amour.

La réponse est simple, c’est l’homme lui-même, parce que c’est lui qui souffre déjà des conséquences de sa négligence. Il n’y a pas de doute que la dégradation de l'environnement est l’un des aspects les plus préoccupants pour toute l’humanité et à cause de cela, nous sommes tous appelés à la conversion écologique, du plus jeune au plus âgé, du croyant au non-croyant, tous, nous devrions être disponibles pour devenir des gardiens de la nature parce que, sans une participation collective à l’action belle et créatrice de Dieu, la conversion écologique sera seulement un thème théorique et non pas pratique. La conversion écologique sans l’amour qui se prouve en offrant un cadeau sans rien demander en échange sera un thème à étudier mais non à vivre. L’homme non seulement doit changer son propre comportement mais il doit trouver le courage d’accepter le fait qu’il est lui-même la cause de la détérioration du don qui lui a été confié dès le commencement de la Création du monde, à cause de sa trahison. Ce courage aidera l’homme à revenir aux racines de son origine et de son mandat qui est d’être collaborateur de Dieu dans la Création et de surmonter la mentalité égoïste et individualiste. Le cri de la mère Terre n’appelle pas seulement l’homme à écouter, mais à revenir à ses origines d’être doué d’intelligence, créé pour garder toutes les autres créatures.

ECOLOGIE : UNE VISION A CELEBRER


Quand on parle de la Création, il est important que toute l’humanité se rende compte qu’il ne s’agit pas seulement d’une chose au sujet de laquelle il faut réfléchir ou discuter, une chose à protéger, mais c’est une opportunité donnée pour louer le Créateur : croyants et non-croyants, tous admirent l’œuvre de Dieu, le Dieu qui a créé l’univers pour tous ceux qui l’habitent. Pour cela, Dieu nous ayant confié toutes les créatures, nous sommes tous appelés non seulement à rendre grâce au Créateur, mais aussi à célébrer le don reçu.


Cette écologie devrait être une vision célébrée par tous parce qu'avec une relation saine à l’environnement – celle proposée par l’écologie – tous en savourent les fruits. Quand toute l’humanité aura pris conscience de cette vérité, il sera alors facile de parler de l’écologie comme d’un don indispensable à l’humanité. Pour cela, l’homme doit avoir un rapport fort et efficace avec l’environnement, c’est à dire, ne pas user des biens qu’il a reçus comme s’ils étaient sans valeur et aucunement liés à sa survie, mais il doit toujours chercher à comprendre que les changements de l’environnement sont réels et qu’ils deviennent une grande préoccupation, tant du point de vue social que politique, religieux et économique, parce qu'en tous ces contextes, l’homme est au centre, appelé à devenir conscient de comment gérer les dons reçus.


Comment célébrer l’écologie sans en premier lieu avoir un rapport de dépendance réciproque ? Pour vivre, l’homme a besoin de la création, et vice versa. Donc, il revient à l’humanité de la garder. L’exemple de François d’Assise brille aussi dans le Cantique des Créatures : il ne loue passeulement Dieu pour tout ce qu’il a créé, mais il nous porte plus loin vers ce que nous sommes appelés à faire pour la création comme collaborateurs de Dieu dans l’œuvre de la Création. François célèbre le don de la nature que Dieu nous a donné, unissant l’aspect intellectuel au spirituel et avec cette sensibilité, il voit toutes les créatures, animées et inanimées, comme des frères et sœurs, fils du même Père, Dieu.

CONCLUSION


L’homme d’aujourd’hui est appelé à reconnaitre que la mère terre a besoin d’être considérée comme un membre de la même famille, une famille où il y a un amour réciproque dans lequel chacun goûte la joie authentique de son existence et celle des autres. Pour cela, tous ensemble, nous pouvons célébrer l’existence commune sachant que nous sommes un don réciproque l’un pour l’autre. Quand il y a cette conscience, l’homme devient capable de célébrer le don reçu de Dieu et il peut comprendre que l’écologie est la modalité pour vivre en harmonie avec la création dans la fraternité universelle.


NOUVELLES – CHAPITRES – VISITES – REUNIONS

Malawi – Chapitre National Electif


Du 27 juin au 1 juillet 2018, le chapitre national de l’OFS du Malawi a été célébré au Monastère Marie Mère de l’Afrique des Sœurs Clarisses à Lilongwe. La Fraternité nationale du Malawi est divisée en 9 Régions, avec 58 Fraternités locales et 1013 membres. Tous les membres des conseils régionaux sont capitulaires. Les participants sont arrivés le 26 et, en préparation du chapitre, ils ont pris part à une retraite spirituelle d’un jour, guidée par Fr. Misheck Banda, OFMCap, Assistant régional.


Jennifer Harrington, Conseillère de Présidence du Conseil International de l’Ordre Franciscain Séculier (CIOFS), a présidé le chapitre. Elle a été assistée par Fr. Alfred Parambakathu, OFMConv., Assistant spirituel général OFS-JeFra. 120 frères et sœurs étaient présents dont 45 capitulaires sur les 83 convoqués. Le chapitre a été ouvert par la prière guidée par Fr. Misheck Banda, OFMCap, suivie par une réunion générale de toute l’assemblée puis Jennifer et Fr. Alfred ont rencontré le Conseil national. Dans les jours suivants, Jennifer a présenté les thèmes principaux du dernier Chapitre général et Fr. Alfred a présenté un panoramique de l’OFS. Christopher Malunga a été élu Ministre national et Tresfor Zakaliya a été élu Conseiller international. Le nouveau Conseil a été installé pendant la Messe dominicale présidée par Fr. Misheck Banda, OFMCap. Dans l’après-midi, Jennifer et Fr. Alfred ont rencontré Mgr. Tarsizio G. Ziyaye, Archevêque de Lilongwe et, entre autres, ils ont échangé sur le problème des frères et sœurs qui utilisent encore l’habit. Le Chapitre s’est déroulé dans un climat très simple et fraternel. La fatigue et le dévouement de ces frères et sœurs sont à admirer. L’absence au chapitre de tous les assistants nationaux ainsi que du ministre national sortant est un point à améliorer.

Porto Rico – Chapitre national électif


Du 29 juin au 1 juillet 2018, la Fraternité national de l’OFS de Porto Rico a célébré son chapitre électif au centre des Capucins de Trujillo Alto, Porto Rico. Le chapitre a été présidé par María Consuelo Núñez de Queremel, Vice-ministre générale OFS, accompagnée par Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant spirituel général OFS-JeFra. 33 capitulaires sur les 41 convoqués, ainsi qu’une observatrice étaient présents. L’Eucharistie d’accueil a été présidée par l’Assistant national, Fr. Anibal Rosario OFMCap, dans l’après-midi du vendredi 29 juin. La ministre nationale sortante a donc présenté le rapport des activités du triennat. Le matin suivant, l’Eucharistie d’ouverture a été célébrée, présidée par Fr. Gerardo Antonio Vargas Cruz, OFM, nouvel assistant national OFS. Après le rapport du Trésorier national, Rafael Serrano, les capitulaires ont travaillé en groupe pour discuter sur les deux rapports et ensuite, dans une session plénière, analyser les propositions d’action pour le prochain triennat comme elles ont été élaborées dans les groupes. Par la suite, Consuelo Núñez, à l’occasion du 40° anniversaire de la Règle OFS, a fait une présentation sur le thème “La Règle Paulinienne: un don du Seigneur”.

Ils ont ensuite passé à la session élective. Isabel Lima Perez a été confirmée Ministre nationale et Conseillère international pour un second mandat, alors que José Luis Serrano Vega a été réélu Vice-ministre national. Dans la matinée du dimanche 1° juillet, Fr. Amando a présenté le thème “La joie parfaite”. À la fin de cette intervention, l’assemblée a continué le travail en votant et en approuvant les résolutions pour le triennat 2018-2021. L’Eucharistie de clôture a été présidée par Fr. Amando, avec la concélébration de Fr. Luis Oscar Padilla, OFMCap. Assistant local. Pendant la célébration, María Consuelo a installé la nouvelle ministre et le nouveau conseil national selon le Rituel OFS. Le chapitre s’est déroulé dans une atmosphère fraternelle de prière, de réflexion, de dialogue et de discernement.


Pretoria – 1° Congrès Panafricain OFS-JeFra


Le premier Congrès Panafricain OFS-JeFra a eu lieu au Centre de Spiritualité Padre Pio de Pretoria du 20 au 25 juillet 2018 sur le thème: “L’OFS au service de la réconciliation, la paix et la justice sociale”. Les 116 participants, parmi lesquels 24 assistants spirituels, sont arrivés de 22 pays d’Afrique. Parmi les participants, en plus du Ministre général de l’OFS, Tibor Kauser, il y avait aussi 7 membres de la Présidence du CIOFS. Nous notons la participation de Mgr William Slattery, archevêque de Pretoria qui a aussi présidé la Messe d’ouverture, des Assistants spirituels généraux; de Fr. Benedict Ayodi, OFMCap, Animateur général de JPIC; de Fr. Dominique Griego, OFMCap. Afrique du Sud; de Nina Richards, OFS Afrique du Sud; de Michel Janian et Jenny Harrington, tous deux conseillers de la Présidence. Le Congrès comprenait des moments de prière, des conférences, des ateliers, des sessions plénières ainsi que des soirées fraternelles de récréation à la fin de chaque journée de travail. Parmi les thèmes traités, on note: l’Eglise au service de la réconciliation, la paix et la justice sociale – les questions actuelles; la formation; embrasser les lépreux de notre temps; le rôle de l’Assistant Spirituel, ainsi que quelques initiatives concrètes entreprises par les Franciscains en Afrique pour la promotion de la réconciliation, la paix et la justice.

Les participants au congrès ont rédigé un message conclusif qui sera envoyé à toutes les fraternités nationales OFS du Continent. Tous les participants ont exprimé leur satisfaction et gratitude envers Dieu Tout Puissant ainsi qu’aux organisateurs et ils ont voté à l’unanimité pour commencer la préparation du prochain Congrès dans 4 ou 5 ans, comme cela sera établi par la Présidence. Ce premier congrès Panafricain OFS-JeFra a été le fruit de plusieurs années de préparation du groupe “Projet Afrique” institué par la Présidence CIOFS dans ce but.


Rwanda – Chapitre national électif


Du 26 au 29 juillet, le chapitre national électif de l’OFS du Rwanda a été célébré à la paroisse de Kivumu avec 18 capitulaires puisqu’il s’agit d’une fraternité émergeante. Michel Janian, OFS et membre de la Présidence délégué par le Ministre Général OFS a présidé au chapitre. Il a aussi présenté le thème: “Animer et guider une Fraternité de l’OFS”. Il a été assisté par Fr. Louis Marie Banderembako, OFM, délégué de l’Assistant Général Fr. Pedro Zitha, OFM. La session du 28 juillet a été élective, et a conduit à l’élection d’Edouard Kayonga comme ministre national et de Valens Hafashimana comme Conseiller international. Malgré le nombre réduit des participants, le chapitre s’est déroulé dans un climat très joyeux et fraternel.


Paraguay – visites fraternelle et pastorale (VFP)


Les visites fraternelle et pastorale (VFP) au Conseil national de l’OFS de Paraguay ont été conduites du 3 au 5 août 2018 par Silvia Noemi Diana, OFS, Conseillère de la Présidence CIOFS déléguée du Ministre général, et par Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant général OFS-JeFra, représentant de la Conférence des Assistants spirituels généraux (CAS). Les activités ont commencé à la maison de retraite “Oasi Francescana”, à Itauguà avec la rencontre du Conseil national OFS, et ensuite, avec les Supérieurs Majeurs du Premier Ordre et TOR et la Direction de la Famille Franciscaine du Paraguay. Le programme s'est poursuivi le même jour après le transfert à Coronel Oviedo, Caaguazù, dans la maison de retraite des Frères missionnaires de Saint-François, où s’est déroulé en même temps le deuxième chapitre national intermédiaire de l'OFS de Paraguay sous le thème : " Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde "; (Jn 17,18). Les visiteurs ont rencontré le Conseil national de la Jeunesse, les ministres régionaux, les assistants spirituels et ils ont eu des entretiens individuels avec chacun des membres du Conseil national. Silvia Diana a également vérifié les registres. Vers la fin des VFP, les visiteurs ont présenté leurs observations et recommandations préliminaires au Conseil national. La messe d'ouverture du chapitre a été présidée par le P. Marcelo Benítez, OFM, Assistant national. L'Eucharistie du deuxième jour a été présidée par le P. Edisson Cazali, OFMCap, assistant régional d'Alto Parana. La messe de clôture du chapitre intermédiaire et des VFP a été présidée par le Fr. Amando e Concelebrata du F. Marcelo Benítez, OFM, et le F. Federico Gayoso, TOR.


Irlande – Chapitre national électif


La fin de semaine dédiée au chapitre national s’est ouverte par une réunion du conseil national le vendredi 10 août, au sujet des derniers accords pour les élections et des liturgies à célébrer. Il y a eu une mise à jour sur le développement dans l’équipe de JPIC. Les capitulaires et les observateurs sont arrivés le 11 août, puisque les élections devaient commencer à 14h. La session s’est ouverte par les rapports du conseil sortant, copies en ont été données à tous les participants au chapitre. Le président était Paula Pearce, OFS, déléguée par Tibor Kauser, Ministre général, et le témoin était Fr. Alfred Parambakathu, OFMConv. Assistant général OFS-JeFra. Les membres du conseil sortant ont été remerciés pour le dur travail mené, surtout en un moment qui a vu deux démissions.


30 membres avaient droit de vote, 29 étaient présents. Philomena Rooney a été élue ministre nationale, et Marie Hopkins, conseillère internationale. Puisque c’était la fête de Sainte Claire, l’homélie de samedi soir était centrée sur sa figure. La prière du soir était à 19.30, suivie d'une présentation détaillée et informative sur la vie de Sainte Claire, par Paula Pearce. Ce fut suivi d'un quiz très intéressant.


Le jour suivant, après les laudes, Sr Peter, de l’Ordre de Sainte Claire, a parlé de la vie et des écrits de Sainte Claire. Durant la Messe présidée par Fr. Michael Duffy, OFMCap., le nouveau conseil a été installé. On sentait l’esprit de fraternité et de joie franciscaines pendant le chapitre. C’est aussi un moment difficile pour l’Eglise Catholique Romaine en Irlande, vu que le référendum sur l’avortement a eu lieu au début de cette année. Les membres de la fraternité nationale, sous la direction du conseil, étaient très actifs dans la campagne contre la libération de la loi sur l’avortement. Malheureusement, leur campagne n’a pas eu de succès, mais les membres continuent de prier avec ferveur pour leur pays.

Colombie – Visites fraternelle et pastorale (VFP)


Les visites fraternelles et pastorales au Conseil national de l’OFS de Colombie ont été effectuées au nom de la présidence du CIOFS, respectivement, par Maria Consuelo Núñez de Queremel (Chelito), Vice-général de l'OFS et Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, assistant général de l'OFS-JeFra, du 14 au 17 août 2018. La réunion s'est déroulée en deux parties, la première au Centre de spiritualité Francisco Palau à Bogotá. Le 14 au soir, il y a eu une réunion avec Lorena Katherine Triviño Gutiérrez, présidente nationale de la Jeunesse. Le lendemain, les visiteurs ont rencontré la ministre nationale de l’OFS, Sara Ruiz, les supérieurs, Fr. Héctor Lugo García, OFM, ministre provincial de la province de Santa Fe, Fr. Francisco Gómez Vargas, OFM, ministre provincial de la province de São Paulo, Fr. Sigfredo de la Cruz, OFMConv, Vicaire de la Custodie de Saint François d'Assise, et les assistants nationaux, Fr. John Fredy Marín, OFMConv, et Fr. Ramón Salinas, OFM. Le ministre provincial OFMCap n'a pas pu participer car il se rendait au Chapitre général de son Ordre. À l'heure actuelle, il n'y a pas d'assistant national OFMCap. La deuxième partie du VFP a eu lieu à la Casa de Encuentros San José, à Floridablanca, Santander, les 16 et 17. La première journée a été consacrée à la réunion avec le Conseil national. Après le dîner, Fr. Amando a rencontré les assistants nationaux. Chelito a vérifié les registres. Le lendemain, les activités se sont poursuivies avec une réunion avec les ministres régionaux, suivie de la dernière réunion avec le Conseil national au cours de laquelle les visiteurs ont présenté leurs observations et recommandations préliminaires. Le IIIè Chapitre nationale intermédiaire de l’OFS de Colombie s’est tenue au même endroit, du 17 au 20 août, sur le thème: "Les défis des franciscains séculiers au XXIè siècle". Fr. Amando a présidé la messe d'ouverture du chapitre, puis a donné une présentation intitulée "Le rôle de l'assistant spirituel OFS et sa contribution à la promotion de la réconciliation", tandis que Chelito a présenté le thème "Être franciscain séculier. "


Lituanie – III° Congrès Européen


Le 3° Congrès Européen OFS-JeFra a eu lieu du 20 au 26 août 2018 à Kaunas, à Vilnius et en divers autres lieux en Lituanie. Le Congrès était itinérant. C’était une très belle expérience de grande inspiration, visiter plusieurs lieux, rencontrer les frères et sœurs locaux, vivre comme eux pour un temps bref et partager la vie ensemble. Il y avait 130 représentants de 24 pays européens, parmi lesquels 20 Assistants spirituels et une trentaine de membres de l’équipe d’organisation. La Présidence CIOFS était représentée par Tibor Kauser, Ministre général OFS-JeFra, Attilio Galimberti et Ana Fruk, tous deux Conseillers de l’aire, et Andrea Karlović, conseillère de la JeFra. Le Congrès a commencé par l’Eucharistie d’ouverture dans la Basilique de Kaunas, présidée par l’Archevêque, Longinas Virbalas, SJ. La première soirée, les participants se sont mieux connus entre eux, en savourant ensemble les nombreux plats typiques que les membres des autres pays ont apportés.


Le deuxième jour, Fr. Alfred Parambakathu OFMConv, Assistant général OFS-JeFra, a présenté le thème du Congrès: “”Qui croit en moi, des fleuves d’eau vive jailliront de son sein” (Jn 7, 38). Il a souligné que, boire de l’eau que Jésus nous donne signifie devenir toujours plus semblables à lui et ainsi, devenir des sources de l’Esprit Saint, le laissant agir en nous et à travers nous. Dans l’après-midi, le Prof. Benas Ulevicius a présenté le thème “Veni, Sancte Spiritus”. Le soir, il y avait une prière spéciale, demandant pardon pour toutes les fautes de la famille franciscaine.
Le Sanctuaire Marial de Šiluva était le siège du congrès le jour suivant. Fr. Antanas Bluzas OFM, et son frère prêtre Gintaras Bluzas, natifs du lieu, ont présenté les paroles de la Vierge de Šiluva: “Une fois, mon fils a été adoré ici, maintenant, ils sont en train de semer et de labourer”. Ils ont rappelé aux participants leur engagement à ne pas laisser l’Europe devenir un lieu où on travaille beaucoup mais pas pour le salut de son prochain et le nôtre. Maintenant, Šiluva n'est pas seulement un lieu symbolique pour le catholicisme des Lithuaniens et la soif de la liberté, mais aussi la source d’énergie spirituelle pour l’Europe et le monde entier en ces temps de sécularisme qui se répand rapidement. La visite de la colline des Croix dans l’après-midi a été un ultime témoignage du pouvoir de la Croix par la foi. Notre plus grande espérance est que la Croix de la Famille Franciscaine Européenne qui a été érigée et bénie en ce lieu unique, représente les forces et la persévérance du charisme de l’OFS, de la JeFra et de tous les membres de la Famille Franciscaine. Rester avec des familles à Kretinga pendant les jours successifs a été une manifestation concrète du même esprit.


Le quatrième jour a commencé par une session de prière au Monastère des Clarisses à Kretinga. Toute la journée a été dédiée principalement au service social en divers centres comprenant des visites aux enfants, aux anciens, aux patients en oncologie, à des personnes ayant des handicaps, à des personnes avec des dépendances, etc. La journée s’est achevée par la Fête Franciscaine chez les Frères OFM à laquelle beaucoup de personnes du lieu ont pris part. Le jour suivant, les activités du Congrès se sont concentrées sur le Calvaire de Samogita, où l’Eucharistie a été présidée par l’évêque Mgr Kęstutis Kėvalas. Le Chemin de la Croix avec 20 Stations a été une expérience pleine d’Esprit. Et l’Esprit a guidé tous les participants pendant la soirée d’évangélisation à travers un flash-mob, un temps d’adoration dans la Basilique archi-cathédrale de Kaunas.


Vilnius – la cité de la Divine Miséricorde – a été le siège du Congrès les jours suivants. Après la célébration eucharistique au Sanctuaire de la Divine Miséricorde, présidée par Fr. Alfred, OFMConv., les participants ont été divisés en groupes linguistiques pour la visite de la ville. Le soir, tous se sont réunis au Sanctuaire Marial de Trakai pour réciter la Couronne Franciscaine. Ensuite ils se sont rendus dans l’ancien monastère cistercien de Pazaislis pour la rencontre fraternelle et le souper. Le dernier jour du Congrès, Dimanche le 26 août, pendant la dernière session présidée par Tibor Kauser, il a été décidé entre autre, de tenir le prochain congrès européen en Espagne.


Même si le 3° Congrès européen est officiellement clos, son esprit continue à travers le pèlerinage de l’Icône de Marie Reine de la Famille Franciscaine et à travers le projet social Well4Africa. Le Congrès a démontré une fois de plus que, au-delà des relations de la foi commune et la vocation franciscaine, la relation entre les individus et les diverses traditions, habitudes et cultures est toujours possible et est devenue très précieuse.

Brésil – Chapitre national électif


Du 24 au 26 août, le chapitre national électif de l’OFS du Brésil a été célébré au “Centro de trenamento de lideres - Salvador-Praia de Itapua”. Il y avait 40 capitulaires, 19 assistants spirituels et certains observateurs totalisant 80 participants. Le chapitre a été présidé par Silvia Diana, Membre de la Présidence CIOFS, Déléguée du Ministre général OFS. Elle a été accompagnée par Fr. Pedro Zitha, OFM, Assistant Spirituel général. La Messe inaugurale a été présidée par le Ministre Provincial, Fr. Liomar Pereira da Silva, OFMCap. Après la Messe, le Ministre national sortant a adressé un mot d’accueil à tous et il a présenté le rapport de son triennat, après quoi il a laissé la parole aux autres membres du Conseil sortant pour parler de ce qu’ils ont réalisé dans leurs différents rôles. Ils ont ensuite approuvé l’ordre du jour et les représentants des régions ont été invités à présenter les symboles typiques de chaque région pour une démonstration au long de la durée du chapitre. Dans l’après-midi de vendredi, Moema Miranda, OFS a fait une présentation sur le thème du chapitre: “Les Franciscains Séculiers, Protagonistes d’une Eglise en sortie”. Le matin de samedi 25 août, l’élection du nouveau conseil a eu lieu. Maria Jose Coelho a été élue Ministre nationale et Conseillère internationale, et Marco Antonio Dias Rodriguez a été élu vice-ministre et Conseiller international substitut. La journée s’est achevée par une fête de danses folkloriques présentées par les femmes Bahiennes. La clôture du chapitre a été la Sainte Messe dominicale présidée par Mgr. Dom Estevam dos Santos Filho, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de San Salvador de Bahia. C’était un moment de joie et de partage fraternel.


Grande Bretagne – Chapitre national électif


Le chapitre national électif de la Fraternité nationale OFS de Grande Bretagne a eu lieu du 14 au 16 septembre 2018 au Centre de Conférences de High Leigh, à Hoddesdon, en Angleterre. Attilio Galimberti, Conseiller de la Présidence, délégué par Tibor Kauser, Ministre général OFS a présidé les élections. Il a été accompagné par Fr. Amando Trujillo Cano, TOR, Assistant général OFS-JeFra. Il y avait 23 capitulaires sur 24, y compris trois observateurs et trois assistants spirituels nationaux: Fr. John Cavanagh OFMCap, Fr. Jesmond Pawley, OFMConv, et Fr. Donal Walsh, OFM. Vendredi soir, la Messe d’ouverture a été présidée par Fr. John. Samedi, La Ministre nationale, le Trésorier et le Coordinateur du Site Web ont présenté leurs rapports; suivit une discussion en groupes sur les priorités pour le prochain triennat et le rapport des assistants spirituels nationaux. Chaque groupe a ensuite présenté ses propres propositions à l’assemblée.

À midi, la Messe a été présidée par Fr. Donal. Dans l’après-midi, Attilio a présidé la session élective. Betsy Hart a été élue Ministre nationale et Conseillère internationale, et Kathy Kaskens, Vice-ministre et Conseillère internationale substitut. En plus de l’office régulier, le Chapitre a décidé d’assigner à chacun des trois conseillers, une aire spécifique: Communication, JPIC et Jeunes. Les activités du jour se sont terminées par une réflexion spirituelle faite par Fr. John, suivie par la rencontre sociale. Dimanche matin, il y a eu un autre tour de travail en groupes pour préciser la priorité présentée auparavant. Pendant ce temps, les Assistants spirituels nationaux ont rencontré Fr. Amando. Après les observations conclusives de la nouvelle ministre nationale, Fr. Amando a présidé la Messe de clôture pendant laquelle Attilio a installé la nouvelle Ministre et le Conseil. Le chapitre a été réalisé dans un esprit fraternel et ouvert à l’action du Saint Esprit.


Australie - Visites fraternelle et pastorale (VFP)


Du 11 au 16 septembre, Augustine Yoon Young Hak, OFS, Conseiller de Présidence du CIOFS, et Fr. Pedro Zitha, OFMConv, Assistant Spirituel général, ont réalisé une VFP au Conseil national de l’OFS d'Australie, à Baulkam Hills – “St. Joseph conference centre" à Sydney. Le premier jour a été dédié à la visite au Conseil national, et le deuxième jour, à la visite aux assistants spirituels locaux, régionaux et nationaux. Après ceci, les visiteurs se sont rendus à Sydney pour la rencontre avec le Ministre Provincial, Fr. Phillip Miscamble, OFM où ils ont discuté de l’amélioration de l’assistance spirituelle en Australie. Dans l’après-midi, il y eut la visite, avec les membres du conseil régional de “New South Wales”, au conseil local de la fraternité Coréenne. Après diner, il y a eu la rencontre avec les jeunes Franciscains Croates à Sydney. Après la visite, nous avons reçu l’invitation de participer au chapitre intermédiaire.


Suède - Chapitre national électif


Le chapitre national électif de l’OFS de Suède a eu lieu le 22 septembre à Stockholm – Marielund Conference Centre. Le chapitre a été présidé par Danijela Rebac, Déléguée du Ministre général OFS, Tibor Kauser. Elle a été assistée par Fr. Pedro Zitha, OFM, Assistant Spirituel général OFS-JeFra. La Messe d’ouverture a été présidée par Fr. Witold Mlotkowski, OFM, assistant national. Il y avait 15 capitulaires, un assistant local et un frère Laïc, Mikael Bergstedt, TOR. Pendant la première session, le ministre national et son conseil ont donné un rapport du triennat, suivi par l’élection du nouveau conseil national. Tomislav Azdajic a été élu ministre national et Georg Stenbord, Conseiller international. Dans l’après-midi de samedi, le nouveau conseil a été installé par Danijela Rebac pendant une Messe présidée par Fr. Witold Mlotkowski. Le chapitre qui s’est déroulé dans un climat très fraternel, s’est achevé dimanche par un repas fraternel.

_____________________________________________________________________________

1 Cf. Jean-Paul II, Lettre. Encyclique. Evangelium Vitae (25 mars 1995), n.27

2 Cf. Lettre encyclique ‘Laudato Si’ duPape François

3 Cf. ‘Laudato Si’ n.202